Accès à Conradpro.fr | Newsletter
Commande directe | Aide & services | Nous contacter
Partenaire de toutes vos idées --- 750 000 références --- Livraison 24 h --- Satisfait ou remboursé --- Tél : 0 892 895 555*
pour toute commande
de plus de 59€ d'achats
Livraison Point Relais® GRATUITE (livraison sous 4 jours) Livraison Colissimo 5,99€ (au lieu de 7,99€)
Mentions légales
(1) Soldes jusqu'à 85% sur une sélection de produits, dans la limite des stocks disponibles. Offre non cumulable, valable uniquement sur www.conrad.fr du 10 janvier au 20 février 2018
(2) Tarifs hors supplément colis volumineux (articles mentionnés par un camion bleu ou jaune , ou encore par la mention « Des frais supplémentaires de livraison peuvent être demandés pour ce produit » - voir section "Colis lourds ou volumineux"). Livraison en Point Relais® : commande de moins de 59€ d'achats = 4,99€. Plus de détails sur la livraison en Point Relais®. Plus de détails sur la livraison Colissimo.
Mon
panier ( 0 )
 

L'ingénieur de Start-Up

Les fondateurs de LUUV, un trépied pour caméra

Michael Kiermeier (à gauche) et Ralf Hasler dans l’atelier de production de la technique de freinage Lacon

Ralf Hasler, le PDG de Lacon, a fait du groupe un leader sur le marché des services de conception électronique (EMS). L’entreprise de B2B assure la fiabilité des systèmes de freinage des trains allemands, et vient de mettre au point pour une start-up le premier testeur de qualité de la viande au monde.

Le train entre en gare, ralentit, grince un peu parfois, puis on entend un long sifflement. « Ce bruit correspond au relâchement de pression des freins », explique Ralf Hasler. Qu’il s’agisse des trains à grande vitesse, des tramways ou des trains régionaux, la plupart des 39 000 trains qui circulent quotidiennement en Allemagne s’arrêtent grâce à Lacon Electronics. L’ingénieur de formation en est le PDG est le principal actionnaire depuis plus de dix ans. Le développement de composants et d’appareils électromécaniques est son cœur de métier traditionnel. L’accent est mis sur des petites et moyennes séries jusqu’à 10 000 pièces.

L’abréviation EMS signifie Electronics Manufacturing Service. « Lacon se définit comme une usine EMS  », explique Ralf Hasler. Il fait ainsi allusion à la large gamme de prestations offertes par l’entreprise : Lacon fournit aussi bien la petite entreprise du coin qui a besoin de quelques câbles, que les grands groupes qui recherchent un fournisseur de composants spécifiques. C’est ainsi que Lacon produit des coffrets électriques pour les trains à Knorr-Bremse, le leader mondial des systèmes de freinage pour véhicules ferroviaires.

Photo représentant différents mod&erave;les du LUUV

Lien entre la commande de contournage intelligente et la mécanique de freinage plutôt rudimentaire.

La technique de Lacon pour la Deutsche Bahn

« Une qualité irréprochable est absolument essentielle sur ce segment  », souligne Michael Kiermeier, responsable du secteur des commandes de frein. Dans l’atelier, des coffrets électriques à différents stades de fabrication sont alignés sur de longues rangées de tables puis placées au fond de la pièce sous un panneau portant l’inscription « Produits contrôlés prêts à être expédiés  ».

Presque tous les trains allemands sont équipés de notre système de commande de frein.

Gros client mais faibles quantités : les coffrets électriques pour l’entreprise Knorr-Bremse génèrent environ 5% du chiffre d’affaires du groupe Lacon. « Les pièces produites ici sont essentielles pour la sécurité, elles peuvent rester en service pendant 30 ans et ne doivent en aucun cas tomber en panne  », explique Michael Kiermeier. Les sertissures sur les câbles doivent être extrêmement sûres. En électromécanique, le sertissage est une alternative courante à la soudure. Chez Lacon, les câbles de l’armoire électrique sont raccordés aux contacts électromécaniques grâce à cette technique. Chaque contact à sertir nécessite un outil particulier. « Lorsqu’une sertissure n’est pas correcte, elle s’oxyde au fil du temps, ce qui peut provoquer dans le pire des cas une défaillance des freins  ».

L’armoire électrique produite par Lacon est en quelque sorte le lien entre la commande de contournage intelligente et la mécanique de freinage plutôt rudimentaire. Elle renferme un « cerveau  » qui transforme les signaux du conducteur de locomotive à l’aide d’un ordinateur et les transmet à l’unité de freinage via l’électromécanique. « Sur les trains, les unités de freinage se trouvent sous chaque wagon. Le voyageur ne peut donc pas les voir  ». Mais quand Michael Kiermeier prend lui-même le train, il les a sous les yeux : « Finalement, je suis souvent sur place auprès de nos clients, je connais parfaitement le produit final et je sais exactement où se trouve chaque élément.  »

Lacon aide les start-up

Le portefeuille clients s’est encore diversifié ces dernières années sous la direction de Ralf Hasler : Lacon encourage la création de nouvelles entreprises high-tech et les aide à démarrer. Dans l’une des salles de fabrication, Ralf Hasler nous montre le résultat de la coopération de son entreprise avec des start-up. Il a devant lui un bac contenant un morceau de viande crue. « Le couteau à viande du futur n’est pas originaire de Solingen  », plaisante-t-il. Il désigne ainsi le couteau qu’il tient dans la main et qui n’est pas destiné à couper mais à mesurer. Freshdetect (c’est le nom du produit) est le premier appareil portatif qui détermine la qualité de la viande en quelques secondes. Les entrailles électroniques du prototype, peint en vert, sont visibles. L’appareil a la taille d’un téléphone portable des années 1990, un col étroit, et s’élargit vers l’écran. La production en série doit démarrer cette année, non pas dans la région allemande réputée pour sa coutellerie, mais à Karlsfeld, près de Münich, au siège du groupe Lacon.

Photo représentant différents mod&erave;les du LUUV

Le couteau à viande du futur n’est pas originaire de Solingen.

Un laser pour goûter la viande

L’écran affiche le statut « Prêt  ». Ralf Hasler oriente la diode laser de l’appareil vers le morceau de viande à tester. Le laser projette une lumière bleue sur la viande. Quelques instant plus tard, l’écran affiche le nombre total de germes mesuré : 5,1*104. « Test réussi, la qualité est bonne  ». Ralf Hasler explique le principe de fonctionnement : «Nous utilisons la spectroscopie de fluorescence ». Cette technique permet de mesurer la charge induite par les excréments des bactéries. La valeur est indiquée en « unités faisant colonies par gramme  » (UFC/g) et permet de déterminer la qualité microbiologique d’un aliment. «La législation ne fixe pas de valeur limite concernant la teneur en bactéries qui peuvent se multiplier dans la viande, il existe simplement des recommandations avec valeur de loi  ». Autrement dit, la viande est consommable en-deçà d’un certain nombre total de germes, au-delà, elle est considérée comme impropre à la consommation.

Pour les développeurs de matériel, l’Internet des objets est un Eldorado.

Photo représentant différents mod&erave;les du LUUV

Lacon encourage la création de nouvelles entreprises high-tech et les aide à démarrer.

Le Freshdetect est né d’un projet de recherche en association avec des instituts renommés et un consortium industriel appartenant au groupe Lacon. « Nous avons déjà un retour très positif du groupe cible  », indique Ralf Hasler. « Tous les grands détaillants du secteur alimentaire sont demandeurs d’un produit de ce type  ». De fait, il n’existe aucun processus comparable dans cette branche. Des échantillons de viande suspects ont été envoyés à un laboratoire. Les résultats sont tombés deux jours plus tard. Le Freshdetect effectue un test en moins de deux secondes, même au travers d’un emballage transparent. Dans le secteur de la qualité de l’industrie de la viande et de l’alimentaire, cet appareil de mesure portatif pourrait bien provoquer une petite révolution. La phase de test est en cours. Ralf Hasler et son équipe souhaitent mettre au point à l’avenir une variante pour le consommateur final, une sorte de testeur de viande pour le réfrigérateur de tout un chacun, avec un adaptateur pour Smartphone et une application dédiée fonctionnant avec un code de couleurs : rouge pour « ne pas consommer  », jaune pour « à manger aujourd’hui  », et vert pour « produit frais  ».

Nous produisons à l’échelle industrielle ce que le Tekkie bricole seul dans son garage.

Photo représentant différents mod&erave;les du LUUV

Nous faisons en sorte que le produit final fonctionne de manière parfaitement fiable.

Comme d’autres start-up (Freshdetect par exemple), Lacon est aussi engagé financièrement. Cher client, concentre-toi sur la vente, nous nous occupons du reste : c’est le message de Ralf Hasler aux jeunes entrepreneurs qui développent des produits électroniques et électromécaniques à l’ère de « l’Internet des choses  ». En effet, « les start-up du secteur high-tech s’occupent essentiellement de développement, de marketing et de distribution  ». La gestion de la chaîne d’approvisionnement est au contraire souvent négligée, sous prétexte qu’un revendeur chinois quelconque achètera l’ensemble de la production. « Ce n’est pas aussi simple  », avertit Ralf Hasler, qui souligne l’intérêt d’un partenariat avec Lacon : «Une start-up peut nous demander de créer un réfrigérateur qui parle et qui fait les courses lui-même, nous le réalisons  ». En clair, Lacon prend en charge, dans le respect des normes de qualité industrielles, le développement de l’électronique, l’approvisionnement de tous les composants ainsi que l’équipement des circuits imprimés, le câblage et la conception de l’appareil. Le mot d’ordre de Ralf Hasler : « Nous faisons en sorte que le produit final fonctionne de manière parfaitement fiable. »

Nous pouvons transformer un canard en caoutchouc qui coule en un canard qui flotte.

Du fabricant à la commande au prestataire de services

Lacon propose également des appareils médicaux, des systèmes d’affichage, des circuits imprimés équipés, des confections de câbles, des distributeurs automatiques, des imprimantes 3D, des équipements scéniques. Mais l’entreprise ne souhaite pas développer ses propres produits. « Lacon est impliqué dans de nombreux projets, mais personne ne le sait  », déclare le PDG. En ce sens, Lacon est comparable à un producteur de musique : l’interprète est dans la lumière, le producteur reste dans l’ombre. Lacon est le producteur, celui sans qui rien n’est possible, celui qui joue un rôle essentiel et qui rencontre le succès : en plus de la maison-mère en Bavière, un atelier de fabrication a ouvert en Roumanie en 2007. Il emploie actuellement 440 personnes et réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ 40 millions d’Euros, en évolution constante. La société de B2B fait partie depuis longtemps des dix entreprises les plus florissantes du secteur EMS. L’ancien conseiller d’entreprises Ralf Hasler continue à travailler à la réalisation de l’objectif avec lequel il a pris la tête de Lacon en 2005 : faire d’un fabricant à la commande sans envergure un prestataire de services capable d’autre chose que d’assembler simplement une liste de pièces. « Nous aimerions que Apple nous confie la production de l’iPhone 7  »

Photo représentant différents mod&erave;les du LUUV

En plus des commandes de freins, Lacon développe et produit des imprimantes 3D, des circuits imprimés et des confections de câbles.

Découvrez toutes les histoires de TekkiesAccueil