Accès à Conradpro.fr | Newsletter
Commande directe | Aide & services | Nous contacter
Partenaire de toutes vos idées --- 750 000 références --- Livraison 24 h --- Satisfait ou remboursé --- Tél : 0 892 895 555*
pour toute commande
de plus de 59€ d'achats
Livraison Point Relais® GRATUITE (livraison sous 4 jours) Livraison Colissimo 5,99€ (au lieu de 7,99€)
Mentions légales
(1) Soldes jusqu'à 85% sur une sélection de produits, dans la limite des stocks disponibles. Offre non cumulable, valable uniquement sur www.conrad.fr du 10 janvier au 20 février 2018
(2) Tarifs hors supplément colis volumineux (articles mentionnés par un camion bleu ou jaune , ou encore par la mention « Des frais supplémentaires de livraison peuvent être demandés pour ce produit » - voir section "Colis lourds ou volumineux"). Livraison en Point Relais® : commande de moins de 59€ d'achats = 4,99€. Plus de détails sur la livraison en Point Relais®. Plus de détails sur la livraison Colissimo.
Mon
panier ( 0 )
 

Ce pied de caméra promet aux novices de devenir de vraies stars du cinéma

Les fondateurs de LUUV, un trépied pour caméra

Du Crowfounding à la production de série. Découvrez l’histoire de la start-up Luuv !

Finis les films flous : la Start-up LUUV de Berlin a conçu un pied pour caméras d'action et Smartphones. Ce système permet à tous de réaliser des enregistrements de qualité professionnelle.
L'histoire d'une réussite grâce au financement participatif.

De la neige, des virages serrés, des sauts incroyables et des atterrissages réussis. On voudrait tout pouvoir filmer. Mais pourquoi le résultat ne ressemble t-il pas à ce que l'on voit dans les publicités ? Cette question, Felix Kochbeck se la pose encore.

Ce munichois est passionné de Snowboard. Fin 2012, après des vacances dans la région du Zillertal, il fut particulièrement déçu : « près de trois heures de film après deux jours de ski pour ne pouvoir conserver qu'un film de 30 secondes d'images nettes. » C'est très frustrant. À la suite de cette mésaventure, Kochbeck a décidé de prendre les choses en main et de trouver une solution adaptée à ses besoins.

Une rotule trois axes permet d'empêcher une incidence des mouvements du corps sur la caméra

L'explication au problème : il est presque impossible de maintenir une petite caméra stable lorsque vous êtes sur une piste. Un pied assurant la compensation de cette instabilité est donc nécessaire. « Naturellement, je me suis tout d'abord renseigné pour savoir ce qui était disponible sur le marché.. » Aucun modèle n'avait cette capacité : trop cher, trop peu flexible et trop compliqué. À l'aide de ses connaissances d'ingénieur et d'une imprimante 3D, Kochbeck a pensé un prototype en l'espace de trois semaines : un petit pied et support, conçu comme les grands utilisés dans les studios, au cinéma. Ce modèle est utilisable à l'aide d'une seule main, il dispose d'une rotule trois axes et de différents contrepoids. Le principe mécanique s'adapte aux lois physiques. La poignée de ce support est l'élément de séparation entre le corps et la caméra. Les contrepoids se chargent de maintenir la position de la caméra.

Kochbeck teste rapidement son prototype dans les mêmes conditions. Il film des scènes d'action entrecoupées de scènes calmes. Le soir, en rentrant à l'hôtel, il visionne le film avec un ami et est agréablement surpris :«C'est possible ? C'est nous qui avons filmé cela ? ». Face à cet enthousiasme, Kochbeck sait qu'il doit continuer sur cette voie.

Felix Kochbeck, fondateur de LUUV

Le fondateur de l'entreprise et sportif Felix Kochbeck dans son bureau LUUV.

Une start-up berlinoise aux ambitions internationales

Felix Kochbeck a persévéré pour la réussite de son projet. Trois ans après la création de ce support pour caméra, sa start-up a de véritables ambitions internationales et notamment, la production en masse de son produit. Le nom trouvé est parfaitement adapté : LUUV. Luv signifie Lof en navigation, la moitié du navire au vent. Comme Kochbeck et ses cofondateurs sont au nombre de quatre, un "u" supplémentaire. » a été ajouté : LUUV.

Avec LUUV, nous souhaitons démocratiser la possibilité de filmer sans un matériel aussi coûteux que Steadicam.

Le bureau de l'équipe LUUV se trouve dans une arrière-cour, au premier étage d'un ancien atelier. Felix Kochbeck est au téléphone. Il doit réserver des avions, coordonner des rendez-vous : une conférence sur sa Start-Up à New York, une revue de presse à San Fransisco. Luuv doit relever un challenge : trouver un financement participatif à la hauteur. Leur devise est claire sur leur site Internet : « Une nouvelle façon de filmer vient de commencer ».

Felix Kochbeck a donné naissance à cette entreprise à l'aide de trois amis : Tobias Gerhardt, Friedrich Paul Spielhagen et Tim Kirchner. Si l'entreprise continue de croître comme aujourd'hui, ils seront bientôt dans l'obligation de déménager. Marketing, design, logistique. Une douzaine de personnes travaillent pour la suite de cette belle aventure.

Le financement participatif en tant qu'investisseur

Jusqu'au 31 octobre 2015, les deux modèles LUUV sont proposés à un tarif préférentiel dans le cadre de la campagne de financement participatif. Depuis le début, Felix Kochbeck et ses collègues misent sur le contact avec leur clientèle et souhaitent grandir avec elle. C'est dans cet optique qu'ils ont également recruté des community manager australien et japonais, pour se faire connaître sur ces marchés.

Nous remercions nos investisseurs pour leur générosité et leur confiance !

Il est nécessaire de regarder en arrière pour comprendre l'importance du financement participatif pour LUUV. Au départ, Kochbeck ne disposait que de 2000 euros et d'une imprimante 3D. Après de nombreux progrès qui ont permis de faire évoluer le prototype, ils ont remporté le programme d'accélérateur de start-up de Berlin. Au cours de ce programme, les fondateurs de LUUV ont étendu leur réseau. Enfin, ils ont investi les lieux qu'ils occupent encore aujourd'hui. Rapidement, ils ont rassemblé 65.000 dollars américains, soit 15.000 de plus que souhaité. Dès lors, un fabrication en masse a été possible. Le démarrage de l'activité prévu pour septembre 2014 a dû être repoussé pour des problèmes de fabrication en masse. LUUV a expliqué à ses investisseurs les raisons de ce retard. La communication s'est bien passée et en toute transparence. Les crowdfunder sont restés à bord, et la crise n'aura été que très passagère.

Photo représentant différents mod&erave;les du LUUV

Du Crowdfounding à la production de série : la start-up de Luuv

Des films d'une qualité équivalente à celle d'un véritable régisseur

«En mode Split Screen, vous pourrez vraiment vous apercevoir de toutes les capacités de notre produit. » dit Tim Kirchner. Il déplace sa souris sur l'écran d'ordinateur jusqu'à ce que trois fenêtres vidéo s'ouvrent. Toujours la même scène mais avec des perspectives différentes. Amadei Weiland, le vice-champion du monde de parkour s'entraîne sur la place de Postdam. Il saute au dessus des obstacles, fait des saltos tout en étant suivi par la caméra. Une situation des plus difficiles pour un caméraman car dans ce cas, il est très compliqué d'avoir des images nettes. Kirchner a filmé la scène avec deux caméras dont une équipée du dispositif LUUV. La différence est surprenante : pour la version sans pied, les images sont brouillées et accompagnent les sauts réalisés par le caméraman. Avec le pied support LUUV, les images sont parfaitement nettes. Enfin, le troisième film, le "film témoin". montre bien Kirchner en train de courir derrière Amadei Weiland à l'aide des deux caméras. Sa conclusion : il y a plus de chance que le coureur tombe plutôt que le film soit flou.

Le caméraman trébuche mais les images restent nettes

Mais que se passe t-il lorsque le coureur tombe ? Tim Kirchner nous montre un autre exemple : une course Trial Bike dans le parc Görtlitz. On peut y voir le biker rebondir sur différents niveaux, voltiger dans les airs... Kirchner le suit de près jusqu'au moment où il trébuche. « A cet instant, je commets une erreur en tant qu'humain. » dit Kirchner en montrant l'écran. « C'est à ce moment que l'électronique et la mécanique se complètent pour empêcher l'image de devenir floue.» A cet instant, Kirchner pense aux fonctionnalités du modèle "UltraLUUV". Ce modèle fonctionne avec un Gimbal électronique supplémentaire. Aucun risque d'image floue. « Idéal pour les professionnels qui n'ont pas d'autres choix pour filmer. » dit Felix Kochbeck. « Les journalistes et les reporters apprécient pour filmer leurs reportages. ». La version de base solidLUUV est suffisante pour un utilisateur standard. Celui qui le souhaite peut acheter par la suite un module pour passer à la version ultraLUUV.

Une clientèle ciblée

LUUV est un produit au potentiel incroyable. « Nous devons nous adapter à tous les modes de vie. » souligne Felix Kochbeck. «Nous sommes déjà très connus grâce à nos collaborations avec Amadei Weiland, par exemple. Il reste de nombreux domaines pour lesquels le monde de l'image est essentiel. Notre nouveau pied pourra par exemple servir à la réalisation de vidéos présentant un bien immobilier sur un site internet. Ou tout simplement pour les spécialistes du cinéma qui connaissent le prix d'une steadycam. Les journalistes pourront également être intéressés.»

Avant, il fallait un rail pour caméra. Aujourd'hui, un simple pied suffit.

De nos jours, une caméra HD est intégrée à la plupart des Smartphones. Un avantage certain pour notre produit LUUV. « Il est bon pour nous que les personnes se soient habituées à prendre des selfies à l'aide d'une perche. » confirme Felix Kochbeck. «Il est possible de monter un Smartphone sur notre modèle LUUV sans problème puis de régler les paramètres d'équilibrage. Pour les caméras, le système plug and play ajoute un poids maximal de 500 grammes.»

Start-up et communauté

Deux jours après le lancement de la campagne Kickstarter, LUUV a atteint l'objectif de 100.000 euros. Petit à petit, la somme a continué à grimper jusqu'à 200.000 euros. C'était un signe rassurant pour les investisseurs. En automne, Felix Kochbeck et ses collègues ont dû décider d'embarquer des investisseurs externes avec eux. « Nous avons maintenant un bon réseau et avons déjà rencontré certaines personnes. ». Les clients doivent avoir encore un peu de patience : la date de livraison des pieds-supports LUUV est fixée pour Avril 2016.

La technique seule ne suffit pas, nous devons faire naître un nouveau style de vie.

Les créateurs LUUV ont démontré qu'il était désormais possible de développer un véritable produit et une start-up grâce au financement participatif. Peut-être que cela a fonctionné parce qu'il n'y a pas qu'une histoire de technique derrière l'histoire de LUUV, mais aussi l'histoire d'un sportif fun, un snowboarder qui voulait se filmer. Des images floues ? Pas grave, ce sportif développe le pied et support adapté. Voilà une entreprise capable de révolutionner la technique.

Découvrez toutes les histoires de TekkiesAccueil