Accès à Conradpro.fr | Newsletter
Commande directe | Aide & services | Nous contacter
Partenaire de toutes vos idées --- 750 000 références --- Livraison 24 h --- Satisfait ou remboursé --- Tél : 0 892 895 555*
Mon
panier ( 0 )

Rien ne reste caché grâce aux appareils de détection modernes

Rien ne reste caché grâce aux appareils de détection modernes

Percer rapidement un trou dans le mur peut conduire à de mauvaises surprises. Le perçage accidentel de câbles d'électricité, d'eau ou de gaz a toujours des conséquences désagréables et coûteuses. Ce n'est pas si dramatique, mais toutefois ennuyeux, lorsqu'un forêt à béton vient heurter une armature en acier : la pointe en métal dur est alors très rapidement endommagée.

Il s'avère moins coûteux de s'assurer au préalable que les zones à percer n'abritent pas de tels dangers. Les artisans utilisent pour cela des appareils de détection, également appelés "détecteur de câbles" ou "détecteurs de métaux" dans le langage courant. Un tel appareil est également recommandé pour tout bricoleur. Dans tous les cas, il s'avère moins coûteux que la réparation des dommages causés lors du perçage d'un câble.

Les appareils de détection peuvent fonctionner d'après deux méthodes. Certains utilisent les effets d'induction générés par les champs électromagnétiques. Le plus simple est de détecter les câbles électriques à travers lesquels circule un courant alternatif, à savoir les câbles d'alimentation. Ici, le détecteur analyse le champ électromagnétique généré par le flux de courant autour du câble, qui peut être repéré avec précision jusqu'à une profondeur de plusieurs centimètres dans le mur.

Cela est plus difficile avec les objets métalliques qui ne sont pas traversés par un courant alternatif, tels que les câbles sans courant, les armatures en acier, les barres de renforcement, etc. Dans ce cas, on utilise l'effet des métaux, en particulier du fer, qui affectent les champs magnétiques à proximité. Le détecteur génère alors un champ électromagnétique alternatif. Lorsque le capteur du détecteur s'approche du métal dissimulé dans le mur, la fréquence d'oscillation de ce dernier est modifiée. La variation de fréquence est alors évaluée comme signal de mesure et est affichée visuellement sur l'appareil.

Cependant, la méthode inductive ne permet pas de détecter les objets qui ne sont pas métalliques. Toute personne souhaitant par exemple déterminer où se situe l'ossature bois de la structure porteuse pour accrocher des étagères doit utiliser une autre technique. Dans cette situation, la méthode capacitive est appropriée. Le détecteur émet ici un champ alternatif à fréquence élevée. Les matériaux se trouvant dans la portée du capteur absorbent une partie de l'énergie et affaiblissent ainsi le champ électrique. Cet affaiblissement est relevé en tant que signal de mesure et est converti par le détecteur, de sorte que la position du centre et des côtés d'un élément porteur dissimulé puisse être affichée sur l'écran.

Les détecteurs inductifs ont une conception relativement simple, possèdent généralement un affichage simple ("rouge" / "vert") et s'avèrent de ce fait considérablement moins coûteux que les détecteurs capacitifs. Les détecteurs capacitifs (également appelés "détecteurs de goujons", c.-à-d "détecteurs de montants“) font preuve d'une grande complexité technologique lorsqu'ils doivent fournir une profondeur de pénétration et une précision de mesure suffisantes. Les appareils professionnels sont équipés d'une technologie de micro-processeur qui veille à ce que la position de l'objet dissimulé soit représentée schématiquement sur l'écran.

Les détecteurs les plus appréciés chez les pratiquants sont ceux qui combinent les deux méthodes. Ils permettent de repérer dans le mur aussi bien les câbles électriques dissimulés et les pièces métalliques que les poutres en bois. L'étalonnage automatique garantit une grande facilité d'utilisation et les aides de marquage facilitent le travail avec ces appareils.