Fers à souder et stations de soudage : comparatif et conseils d’achat

Fers à souder et stations de soudage : comparatif et conseils d’achat

3 Jours

Quels sont les critères d’achat d’une station de soudage ?

Quels sont les critères décisifs lors de l’achat d’une station de soudage ? Nous vous présentons les différences pour vous aider à faire votre choix.

Le premier critère à prendre en compte avant d’acheter un fer à souder ou une station de soudage est son utilisation future. On peut ainsi distinguer deux catégories : une utilisation mobile ou fixe.

Le premier critère à prendre en compte avant d’acheter un fer à souder ou une station de soudage est son utilisation future.

Il est conseillé d’investir dans un bon fer à souder mobile pour intervenir sur des véhicules, étamer des câbles ou effectuer des réparations sur d’autres lieux. La station de soudage est déconseillée pour ce type d’utilisations.

Dans tous les autres cas, la station de soudage est recommandée. Bien sûr, le fer à souder mobile peut également être utilisé pour des utilisations sur un lieu fixe, et il est possible d’utiliser une station de soudage sur différents sites. Dans ce cas, prenez en compte l’utilisation souhaitée et également les particularités du lieu.

Quelle puissance ?

« Plus l’appareil est puissant, mieux c’est » : cette règle n’est pas toujours valable. Les différences de puissance entre les différentes stations de soudage sont minimes, la puissance absorbée des modèles proposés varie entre 40 et 150 watt. En effet, la plupart des fabricants met l’accent sur la puissance absorbée et non plus sur la puissance, qui est une donnée encore utilisée pour l’élément chauffant. Seuls quelques fabricants continuent à mentionner la puissance réelle, qui ne peut donc pas être utilisée pour effectuer un comparatif.

Les différences de puissance entre les différentes stations de soudage sont minimes, la puissance absorbée des modèles proposés varie entre 40 et 150 watt.

Il est possible de classer les appareils en trois catégories :

  • 40 à 50 watt : soudures simples de composants ou câbles.
  • 60 à 80 watt : durée de chauffe nécessaire plus élevée, étamage de câbles plus importants ou platines.
  • 90 à 150 watt : soudage de câbles supérieurs à 15 mm2, soudage de cuivre ou plaques en laiton, durée de chauffe réduite, soudage industriel.

Nous conseillons aux novices en soudage, qui ne connaissent pas encore précisément leurs priorités futures, d’acquérir une station de soudage de 60-80 watt. Cette puissance est largement suffisante pour la plupart des utilisations, mais souvent les besoins augmentent au fil du temps. Un appareil pouvant offrir jusqu’à 80 watt permet de souder également des gros composants. De plus, les stations de soudage de cette catégorie de puissance offrent un temps de préchauffage plus court (généralement inférieur à 30 secondes), contrairement aux fers à souder portatifs qui nécessitent un temps de préchauffage de plusieurs minutes pour une puissance comprise entre 20 et 60 watt.

Station de soudage numérique ou analogique ?

Cette question se pose au moment de l’achat d’une station de soudage neuve. Les stations de soudage analogiques d’il y a 20 ans n’ont rien à envier aux nouveaux appareils numériques, mais elles présentent des différences notables pour un achat à neuf.

Sur les stations de soudage numériques, la puissance et la température peuvent être réglées séparément, et il est possible de contrôler la température réelle de la panne.

Sur certains appareils analogiques, il est possible de régler la température via un potentiomètre. En réalité, seule la puissance approximative transmise à l’élément de chauffe est déterminée, la température n’est donc pas réglée précisément. De plus, les stations de ce type présentent un temps de préchauffage plus long dû à la limitation de puissance : par exemple, avec une température de 225°, seule un tiers à un quart de la puissance totale est disponible.

Ainsi, lors de l’acquisition d’une station de soudage, il faut prendre en compte le fait qu’il s’agit d’un modèle réglé numériquement. La puissance et la température sont réglées indépendamment l’une de l’autre, et la température réelle de la panne est contrôlée. Les stations de ce type disposent d’un fer à souder (amovible la plupart du temps) raccordé à la station via plusieurs connecteurs. Il est alors possible d’utiliser plusieurs modèles de fers sur la même station afin de réduire les coûts.

L’élément chauffant du fer à souder : un problème technique

L’élément chauffant est le composant principal d’un fer à souder. Lorsque l’élément chauffant se trouve près de la panne, la déperdition de chaleur est moindre, la température réglée et la température réelle sont quasiment identiques. Actuellement, on trouve sur le marché des éléments de chauffe et des raccordements à la panne de deux types. Il convient d’examiner les différences de plus près.

Panne insérée

Elle est présente sur les fers et stations bon marché. La panne elle-même est beaucoup plus fine que la tige. La panne est, la plupart du temps, sécurisée par une vis. Le transfert de chaleur jusqu’à la panne se fait mal, d’où des écarts entre la température théorique et la température réelle. Il est difficile de remplacer les pannes en raison du manque de pièces.

L’élément chauffant en céramique PTC

Il suffit de dévisser la panne (obligatoirement sécurisée par un écrou-raccord) pour apercevoir l’élément en céramique blanc/gris. La panne est en contact direct avec la source de chaleur, ce qui garantit un transfert optimal de la chaleur et des réglages de température très précis. De plus, la panne peut être remplacée rapidement, même pendant l’utilisation, puisque le reste du fer à souder chauffe beaucoup moins.

Transmission du courant de la station par un câble flexible

Sur les fers et stations bon marché, les câbles sont en PVC rigides et deviennent cassants assez rapidement.

Pour manipuler aisément le fer à souder, il est important que le câble ne soit pas un obstacle au mouvement. Sur les fers et stations bon marché, les câbles sont en PVC rigides et deviennent cassants assez rapidement. Idéalement, le fer doit disposer d’un câble en silicone, plus flexible que le PVC, qui supporte mieux le contact bref avec la panne, et qui est donc plus résistant à la chaleur.

Les produits de milieu de gamme et haut de gamme sont équipés, pour la plupart, de câble en silicone ; renseignez-vous en cas de doute ou manipulez le câble : un câble trop souple se reconnaît immédiatement.

Pannes et pièces de rechange

Comme pour de nombreux matériels, la station de soudage n’est que l’appareil de base. Chaque domaine d’utilisation requiert des pannes adaptées, de formes et de tailles différentes.

Chaque domaine d’utilisation requiert des pannes adaptées, de formes et de tailles différentes.

Panne burin : pour des soudures grossières, l’étamage de câbles Panne stylo : panne universelle, bien adaptée au soudage de plaques de circuit imprimé perforées.

Pour les novices souhaitant travailler occasionnellement sur des plaques de circuit imprimé, il peut être judicieux d’investir dans une panne stylo de 0,8 mm, en complément de la panne fournie sur le fer à souder. Les pointes plus fines (jusqu’à 0,3 mm) sont adaptées aux travaux SMD, tandis que les gros burins conviennent pour l’étamage de grandes surfaces et pour les câbles assez épais.

L’achat d’une station de soudage d’un fabricant ou distributeur renommé est un gage de qualité. L’achat d’une station représente un investissement pour plusieurs années. Cependant, les pannes et éléments de chauffe sont soumis à l’usure, il faut donc s’assurer de pouvoir se procurer des pièces de rechange même lorsque les produits ne seront plus récents.